GLOSSAIRE

  • L’acronyme dérive de Avionics Digital Video Bus et signifie tout ce qui a trait à l’ARINC 818 – par ex., l’image ADVB.

  • La spécification 818-2 d’ARINC normalise les innovations dans les implémentations antérieures personnalisées de l’ARINC 818, permettant la compression, le chiffrement et une plus grande vitesse parmi d’autres fonctions. Il s’agit de la version actuelle de l’ARINC 818, publiée en décembre 2013.

  • Dans les systèmes analogiques, le temps nécessaire pour un faisceau d’électrons d’un tube à rayons cathodiques (CRT) de se déplacer vers la gauche depuis la fin d’une ligne complétée jusqu’au début de la ligne suivante. Dans le monde numérique, le blanking horizontal n’est pas nécessaire, mais la plupart des systèmes l’ont conservé. Le blanking horizontal est contrôlé en insérant des ensembles ordonnés de champs libres.

  • Comme le blanking horizontal, ce terme provient de la technologie analogique. Le blanking vertical est le temps nécessaire pour repositionner le faisceau d’électrons depuis l’angle inférieur droit, jusqu’à l’angle supérieur gauche. Dans le monde numérique, le blanking vertical est l’intervalle de temps entre les images vidéo. Par exemple, si la transmission s’effectue à la fréquence de 30 Hz, une nouvelle image vidéo est envoyée toutes les 1/30 de seconde. Si le temps total nécessaire pour transmettre l’image est de 1/60e de seconde, un autre 1/60e de seconde reste avant de commencer la transmission de l’image vidéo suivante. Le blanking vertical est accompli en insérant des caractères de champ libre.

  • L’encodage 8b/10b utilise deux types de caractères, les données et les caractères spéciaux. Lorsqu’un caractère est converti de huit bits à 10 bits, le sérialiseur doit savoir si un octet est une donnée ou un caractère spécial par le biais d’une broche donnée sur le sérialiseur. Des caractères spéciaux communs sont utilisés pour indiquer un début d’image, une fin d’image, un début de ligne, une fin de ligne, un champ libre, ou d’autres caractères de contrôle.  Le caractère spécial K28.5 est utilisé comme premier caractère de tous les ensembles ordonnés ARINC 818.

  • Les données dans une image ADVB suivant immédiatement l’en-tête et précédant le CRC dans le pied de page. Voir l’illustration Image ADVB.

  • Un conteneur comporte une image vidéo complète, y compris l’en-tête du conteneur et divers objets représentant les données auxiliaires, audio et vidéo. En regroupant vidéo, audio et données auxiliaires dans des ensembles de données relativement importants afin de les transporter en une seule unité, le conteneur est un outil de transmission optimal.

    Relation du conteneur avec les images vidéo et les images ADVB
    Relation du conteneur avec les images vidéo et les images ADVB
  • Le terme CRC s’applique aux algorithmes basés sur la division polynomiale. L’opération mathématique essentielle dans le calcul d’un CRC est la division binaire, et le restant de la division détermine le CRC. Il n’est cependant pas possible de se fier au CRC pour vérifier l’intégrité des données.

  • Le nombre cumulé de 1, moins le nombre cumulé de 0 qui ont été transmis sur la liaison série de l’ARINC 818. Chaque octet de données transmis à l’encodeur 8b/10b aura deux codes de sortie possibles de 10 bits. Généralement, ces codes seront l’un avec six 1 et quatre 0 et l’autre avec quatre 1 et six 0. (Une autre possibilité est un code neutre avec cinq 1 et cinq 0, qui n’affecte pas la disparité fonctionnelle.) Pour chaque octet d’entrée, l’encodeur 8b/10b choisit le code 10 bits qui maintient la disparité fonctionnelle entre -1 et +1.

  • Elles font partie de la charge utile de l’Objet 0, sont constituées au minimum de 16 octets et transportent les informations utilisées pour définir les paramètres vidéo implémentés, tels que la résolution vidéo et le taux d’actualisation.

  • La méthode brevetée 8b/10b d’IBM utilisée par l’ARINC 818 à ce jour encode les octets de données 8 bits en caractères de transmission de 10 bits pour améliorer le signal physique. Cet encodage est également utilisé, entre autres interfaces, notamment par Fibre Channel, Gigabit Ethernet, 10 Gigabit Ethernet et ATM transmission. L’encodage alternatif 64b/66b sera utilisé dans l’avenir par les applications à très haute vitesse de l’ARINC 818-2 : 14,025 Gb/s, 21,0375 Gb/s et 28,05 Gb/s.

  • Ces ensembles sont des séquences prédéfinies de 4 octets qui définissent les caractères de contrôle spéciaux – par exemple, un ensemble ordonné de début d’image ou de fin d’image.

  • FC-AV est une ancienne norme (ANSI INCITS 356-2002). Chacune de ses implémentations est unique. ARINC 818 s’appuie sur FC-AV, s’orientant vers des systèmes plus standardisés mais néanmoins extrêmement flexibles.

  • Il s’agit du document requis pour définir les paramètres de chaque implémentation de l’ARINC 818. En fournissant l’interopérabilité des composants du système, il permet l’extrême flexibilité de l’ARINC 818. Un ICD définit les paramètres, y compris support physique, type de connecteur, vitesse de liaison, dimensions en pixels, modèle de couleur, type de balayage, fréquence d’images, classe de synchronisation et de segmentation et détails de temporisation.

  • Ce terme est potentiellement ambigu lorsqu’il est utilisé seul dans un contexte ARINC 818. Il est préférable de spécifier image vidéo ou image ADVB.

  • Pour la transmission, une image vidéo est décomposée en plusieurs images ADVB, chacune d’elles comprenant une charge utile limitée à 2112 octets. Par exemple, une image XGA comporte 3 octets/pixel et 1024 pixels par ligne, soit un total de 3072 octets. Elle nécessite par conséquent deux images ADVB par ligne, comportant chacune une charge utile de 1536 octets.

    Éléments d'une image ADVB
    Éléments d'une image ADVB
  • Dans le monde de la vidéo, une image est considérée comme étant toute l’information de charge utile requise pour décrire une image. Ce n’est pas équivalent à un conteneur dans le monde de l’ARINC 818. L’image du monde vidéo ne doit pas être confondue avec l’image du monde de l’ARINC 818. Voir le schéma des composants de l’image vidéo ARINC 818 ci-dessus.

  • Quatre types d’objet sont définis au sein de l’ARINC 818. L’Objet 0 transporte les données d’en-tête ; l’Objet 1 transporte les signaux audio (mais n’est habituellement pas utilisé) ; l’Objet 2 transporte les données vidéo ; et l’Objet 3 transporte également des données vidéo, mais n’est utilisé que pour la vidéo entrelacée.

  • L’ARINC 818-2 permet le banding vertical et horizontal et la mosaïque, qui peuvent être utilisés pour donner des caractéristiques particulières à une région d’intérêt d’une image vidéo. Par exemple, une région d’intérêt peut avoir une fréquence d’images plus élevée que l’image dans son ensemble.

    Image partielle
    Image partielle
  • Adopté de la technologie du CRT, une ligne est tracée de gauche à droite.

  • Adopté de la technologie CRT, les lignes sont tracées de haut en bas.

  • Indique le début de la temporisation dans l’image vidéo.

  • Indique le début d’une image vidéo, c’est-à-dire le début du conteneur d’images. Voir le schéma des composants de l’image vidéo ci-dessus.

  • Lorsque tous les caractères spéciaux et les zones de blanking verticales et horizontales sont supprimés, il reste la zone d’image active (voir l’illustration en haut de la page).

Banner Image

Éléments d'une image vidéo ARINC 818


GLOSSAIRE

Éléments d'une image vidéo ARINC 818
Éléments d'une image vidéo ARINC 818
  • L’acronyme dérive de Avionics Digital Video Bus et signifie tout ce qui a trait à l’ARINC 818 – par ex., l’image ADVB.

  • La spécification 818-2 d’ARINC normalise les innovations dans les implémentations antérieures personnalisées de l’ARINC 818, permettant la compression, le chiffrement et une plus grande vitesse parmi d’autres fonctions. Il s’agit de la version actuelle de l’ARINC 818, publiée en décembre 2013.

  • Dans les systèmes analogiques, le temps nécessaire pour un faisceau d’électrons d’un tube à rayons cathodiques (CRT) de se déplacer vers la gauche depuis la fin d’une ligne complétée jusqu’au début de la ligne suivante. Dans le monde numérique, le blanking horizontal n’est pas nécessaire, mais la plupart des systèmes l’ont conservé. Le blanking horizontal est contrôlé en insérant des ensembles ordonnés de champs libres.

  • Comme le blanking horizontal, ce terme provient de la technologie analogique. Le blanking vertical est le temps nécessaire pour repositionner le faisceau d’électrons depuis l’angle inférieur droit, jusqu’à l’angle supérieur gauche. Dans le monde numérique, le blanking vertical est l’intervalle de temps entre les images vidéo. Par exemple, si la transmission s’effectue à la fréquence de 30 Hz, une nouvelle image vidéo est envoyée toutes les 1/30 de seconde. Si le temps total nécessaire pour transmettre l’image est de 1/60e de seconde, un autre 1/60e de seconde reste avant de commencer la transmission de l’image vidéo suivante. Le blanking vertical est accompli en insérant des caractères de champ libre.

  • L’encodage 8b/10b utilise deux types de caractères, les données et les caractères spéciaux. Lorsqu’un caractère est converti de huit bits à 10 bits, le sérialiseur doit savoir si un octet est une donnée ou un caractère spécial par le biais d’une broche donnée sur le sérialiseur. Des caractères spéciaux communs sont utilisés pour indiquer un début d’image, une fin d’image, un début de ligne, une fin de ligne, un champ libre, ou d’autres caractères de contrôle.  Le caractère spécial K28.5 est utilisé comme premier caractère de tous les ensembles ordonnés ARINC 818.

  • Les données dans une image ADVB suivant immédiatement l’en-tête et précédant le CRC dans le pied de page. Voir l’illustration Image ADVB.

  • Un conteneur comporte une image vidéo complète, y compris l’en-tête du conteneur et divers objets représentant les données auxiliaires, audio et vidéo. En regroupant vidéo, audio et données auxiliaires dans des ensembles de données relativement importants afin de les transporter en une seule unité, le conteneur est un outil de transmission optimal.

    Relation du conteneur avec les images vidéo et les images ADVB
    Relation du conteneur avec les images vidéo et les images ADVB
  • Le terme CRC s’applique aux algorithmes basés sur la division polynomiale. L’opération mathématique essentielle dans le calcul d’un CRC est la division binaire, et le restant de la division détermine le CRC. Il n’est cependant pas possible de se fier au CRC pour vérifier l’intégrité des données.

  • Le nombre cumulé de 1, moins le nombre cumulé de 0 qui ont été transmis sur la liaison série de l’ARINC 818. Chaque octet de données transmis à l’encodeur 8b/10b aura deux codes de sortie possibles de 10 bits. Généralement, ces codes seront l’un avec six 1 et quatre 0 et l’autre avec quatre 1 et six 0. (Une autre possibilité est un code neutre avec cinq 1 et cinq 0, qui n’affecte pas la disparité fonctionnelle.) Pour chaque octet d’entrée, l’encodeur 8b/10b choisit le code 10 bits qui maintient la disparité fonctionnelle entre -1 et +1.

  • Elles font partie de la charge utile de l’Objet 0, sont constituées au minimum de 16 octets et transportent les informations utilisées pour définir les paramètres vidéo implémentés, tels que la résolution vidéo et le taux d’actualisation.

  • La méthode brevetée 8b/10b d’IBM utilisée par l’ARINC 818 à ce jour encode les octets de données 8 bits en caractères de transmission de 10 bits pour améliorer le signal physique. Cet encodage est également utilisé, entre autres interfaces, notamment par Fibre Channel, Gigabit Ethernet, 10 Gigabit Ethernet et ATM transmission. L’encodage alternatif 64b/66b sera utilisé dans l’avenir par les applications à très haute vitesse de l’ARINC 818-2 : 14,025 Gb/s, 21,0375 Gb/s et 28,05 Gb/s.

  • Ces ensembles sont des séquences prédéfinies de 4 octets qui définissent les caractères de contrôle spéciaux – par exemple, un ensemble ordonné de début d’image ou de fin d’image.

  • FC-AV est une ancienne norme (ANSI INCITS 356-2002). Chacune de ses implémentations est unique. ARINC 818 s’appuie sur FC-AV, s’orientant vers des systèmes plus standardisés mais néanmoins extrêmement flexibles.

  • Il s’agit du document requis pour définir les paramètres de chaque implémentation de l’ARINC 818. En fournissant l’interopérabilité des composants du système, il permet l’extrême flexibilité de l’ARINC 818. Un ICD définit les paramètres, y compris support physique, type de connecteur, vitesse de liaison, dimensions en pixels, modèle de couleur, type de balayage, fréquence d’images, classe de synchronisation et de segmentation et détails de temporisation.

  • Ce terme est potentiellement ambigu lorsqu’il est utilisé seul dans un contexte ARINC 818. Il est préférable de spécifier image vidéo ou image ADVB.

  • Pour la transmission, une image vidéo est décomposée en plusieurs images ADVB, chacune d’elles comprenant une charge utile limitée à 2112 octets. Par exemple, une image XGA comporte 3 octets/pixel et 1024 pixels par ligne, soit un total de 3072 octets. Elle nécessite par conséquent deux images ADVB par ligne, comportant chacune une charge utile de 1536 octets.

    Éléments d'une image ADVB
    Éléments d'une image ADVB
  • Dans le monde de la vidéo, une image est considérée comme étant toute l’information de charge utile requise pour décrire une image. Ce n’est pas équivalent à un conteneur dans le monde de l’ARINC 818. L’image du monde vidéo ne doit pas être confondue avec l’image du monde de l’ARINC 818. Voir le schéma des composants de l’image vidéo ARINC 818 ci-dessus.

  • Quatre types d’objet sont définis au sein de l’ARINC 818. L’Objet 0 transporte les données d’en-tête ; l’Objet 1 transporte les signaux audio (mais n’est habituellement pas utilisé) ; l’Objet 2 transporte les données vidéo ; et l’Objet 3 transporte également des données vidéo, mais n’est utilisé que pour la vidéo entrelacée.

  • L’ARINC 818-2 permet le banding vertical et horizontal et la mosaïque, qui peuvent être utilisés pour donner des caractéristiques particulières à une région d’intérêt d’une image vidéo. Par exemple, une région d’intérêt peut avoir une fréquence d’images plus élevée que l’image dans son ensemble.

    Image partielle
    Image partielle
  • Adopté de la technologie du CRT, une ligne est tracée de gauche à droite.

  • Adopté de la technologie CRT, les lignes sont tracées de haut en bas.

  • Indique le début de la temporisation dans l’image vidéo.

  • Indique le début d’une image vidéo, c’est-à-dire le début du conteneur d’images. Voir le schéma des composants de l’image vidéo ci-dessus.

  • Lorsque tous les caractères spéciaux et les zones de blanking verticales et horizontales sont supprimés, il reste la zone d’image active (voir l’illustration en haut de la page).

Title *
MrMrs

* Required fields